Sélectionner une page

De plus en plus d’organisations réfléchissent à l’engagement de leurs salariés. Parmi les pistes de recherche managériale, il y a l’intrapreneuriat. Ce modèle est vertueux, à la fois pour le salarié qui retrouve une marge de liberté dans ses décisions et dans ses actions, mais également pour la structure qui voit émerger des “solutions” dans ces cycles courts de production.

Pour devenir une expérience réussie, 4 dimensions doivent être respectées :
Conserver une petite dimension dans l’équipe : plus on est petit, plus il est facile d’être agile !
Assurer un mentorat pour “aider” l’équipe à s’extraire des contraintes inhérentes aux processus historiques de l’organisation. Il s’agit de protéger la startup des entraves “bureaucratiques” à sa marge d’action. Ce cadre doit être négocié en amont avec la direction générale.
Tout miser sur l’expérience : utilisateur, collaborateur… le secret de la réussite ou les vertus de l’échec, résideront dans la capacité à devenir “UX” ou “centré utilisateur”, en résumé, savoir se mettre “à la place de”… et bien comprendre les besoins et problématiques pour lesquels on recherche des solutions.
– Enfin, expérimenter et tester pour s’améliorer en continue !

Même le public s’y est mis.
Pour plus d’info : lisez l’article d’Horizons publics “La startup publique interne, un modèle d’excellence opérationnelle” et visitez le site des startups d’Etat